Scènes de boîtes de nuit dans l'église et pasteurs francs-maçons

    Description de l'émission

    Quelqu’un aurait fait cette déclaration: Si vous voulez aller gratuitement en boite de nuit pour vous défouler et vous éclater, allez dans une église. Cette déclaration, qui devrait faire honte aux chrétiens, est à la fois vraie et pas totalement vraie:

    • Elle est vraie en effet parce que l’ambiance, l’animation, les places V.I.P. et les effets spéciaux avec fumée et jeux de lumières qui sont aujourd’hui dans ces maisons de joie qu’ils appellent églises sont pires que ce qu’on trouve dans les night clubs proprement dit, mais c’est apparemment gratuit car il n’y a pas un guichet où vous payez un ticket d’entrée et il n’y a pas de portier pour vérifier que vous avez votre ticket d’entrée.
    • Elle n’est pas totalement vraie car les églises-boites de nuit ne sont pas aussi gratuites qu’on le pense car s’il n’ y a pas de guichet pour l’achat des tickets d’entrée, vous payez au final quatre fois et même cinq fois plus avec toutes sortes d’extorsions et d’escroqueries qui s’y passent au travers des dîmes et des ventes de pseudo prières et de pseudo délivrances.

    L’église est supposée changer le monde. Mais c’est elle plutôt qui a été envahie, façonnée, colonisée et contaminée par le monde. Elle est même devenue pire que le monde.

    Dans cette vidéo, vous verrez des scènes indécentes de boite de nuit, outrancièrement outrageantes et choquantes (du moins pour les vrais chrétiens), dans une pseudo église ivoirienne, non seulement en célébration d’une distinction évangélico-franc-maçonnique décernée à un certain soi-disant pasteur Olivier Boni, propriétaire des lieux, mais comme une pratique habituelle presque tous les dimanches.

    Dans une autre émission nous montrions des scènes de boite de nuit pareillement outrageantes et choquantes dans une variété de soi-disant églises où les gens se déchaînaient au rythme des musiques mondaines. Par ailleurs, nous dénoncions comment ceux et celles qui se disent chantres ne sont pas inspirés par Dieu, comme les chantres au temps du sacerdoce lévitique, mais par des esprits impurs sensuels et séducteurs qui ont contaminé le Corps de Christ avec le reggae chrétien, le coupé-décalé chrétien, le rap chrétien, le ndombolo chrétien, l’azonto chrétien et bien d’autres travestissements diaboliques de la louange qui doit revenir à Dieu. Une bonne illustration est aussi l’émission qui montre de jeunes filles soi-disant chantres d’Europe qui imitent la chanteuse américaine et adoratrice de satan, Beyoncé.

    Au lieu de louer Dieu en se conformant selon le siècle présent (ce que Dieu interdit en Romains 12), les vrais chrétiens doivent Le louer avec des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels, chantant au Père Céleste dans leurs coeurs sous l’inspiration de l’Esprit de la Grâce (Colossiens 3:16).

    Cette réprimande de l’Éternel en Amos 5:23 est plus que d’actualité dans ces derniers temps où nous vivons: «Éloigne de moi le bruit de tes cantiques; Je n’écoute pas le son de tes luths.»
    Nous n’aurons de cesse de vous implorer avec larmes de fuir ces choses contaminées par ce monde pervers et pourri et de sortir en courant de leurs salles d’attente qui conduisent en enfer et qu’ils appellent malheureusement églises. Ne dites pas au Jour du Jugement Dernier que personne ne vous a avertis.